A propos

Histoire du lieu

Actuellement transformé en galerie d'art de la ville du Plessis-Trévise, le Château des Tourelles a été construit vers 1882, sur une parcelle du domaine de La Lande.

Origines

Cette belle maison bourgeoise, est édifiée par Arsène Ozanne, riche propriétaire terrien qui posséda notamment le château de La Lande. Le bâtiment tient son nom des deux tourelles, dites également poivrières, si caractéristiques de l’édifice, placées en encorbellement aux angles de la façade donnant sur l’avenue de la Maréchale. Le style néogothique reprend certaines formes architecturales médiévales, très en vogue en France à la fin du XIXème siècle, grâce notamment aux travaux de restauration entrepris par Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879), mais en les réinterprétant et en les vidant de leur fonction défensive pour n’en garder que l’aspect décoratif. Les pierres meulières, avec des joints réalisés par rocaillage, sont elles aussi caractéristiques de notre région et de l’époque de sa construction. En 1892, Arsène Ozanne cède sa demeure à Alexandre Foureau, négociant parisien en faïences. Ce dernier meurt en 1896, soit trois ans avant la création de la commune du Plessis-Trévise dont il était un farouche défenseur. Son plus jeune fils reprendra le flambeau en devenant maire de la commune de 1925 à 1941. En 1909 la veuve d’Alexandre Foureau vend la propriété à Paul Auguste Blancan, riche industriel en papeterie, qui en fera sa résidence principale. Il l’occupe avec Catherine Weintgartner qu’il épousera en 1915. Elle a d’une précédente union une fille, Marguerite, qu’il adoptera officiellement en 1927. Il passe alors une annonce pour embaucher un chauffeur. Un certain Forrestier arrive avec femme et enfant. Sa fille Fernande a 5 ans lors de son arrivée en 1911.Elle a deux ans de moins que Marguerite. Les deux enfants deviendront des camarades de jeux et des amies tout au long de leur vie sans jamais vraiment se quitter. Marguerite se marie en 1925 avec Marcel Alexandre. Les deux couples habitent ensemble au château des Tourelles. Paul Blancan meurt en 1935. Sa veuve fait de Fernande Forrestier, sa dame de compagnie, jusqu’à sa mort en 1943. Au décès de sa mère Marguerite devient propriétaire du château qu’elle habite en fin de compte depuis 34 ans ! Fernande Forrestier reste au service du couple. Marcel Alexandre décède en 1947. En 1957 Margueritte se remarie avec Emile Robineau, pharmacien. Ils entreprennent alors d’importants travaux de rénovations et de décoration des lieux. Emile meurt en 1973. Les deux amies, qui se connaissent depuis plus de 60 ans, restent seules. En 1986 Marguerite Robineau décède à son tour. Le château avait fait l’objet d’une donation à la Ligue contre le cancer, mais l’acte précisait que Fernande pouvait y rester jusqu’à sa mort. Durant 16 mois, elle y vivra seule, entourée de ses souvenirs. Elle quitte le château pour la Résidence Conti où elle décède en 1990. En 1989, la ville du Plessis-Trévise avait racheté le domaine. Elle y effectue alors d’importants travaux dans le projet d’en faire un lieu d’expositions permanentes. Les communs ont été également restaurés pour accueillir des ateliers artistiques, de sculpture et de céramique. En 1998 la commune du Plessis-Trévise reçoit le prix départemental pour la réhabilitation du patrimoine historique. Actuellement transformé en galerie d'art de la ville du Plessis-Trévise, le Château des Tourelles a été construit vers 1882, sur une parcelle du domaine de La Lande.

 

De 2001 à aujourd’hui : la reconversion du château en galerie d'art de la ville du Plessis-Trévise

​Depuis 2001, le château des Tourelles reçoit dans ces murs des expositions mensuelles d’artistes contemporains. Ceux-ci sont sélectionnés par l’Association Rencontres Animations Plesséennes (l'ARAP) en collaboration avec la mairie du Plessis-Trévise. L’objectif est de proposer à un public un large choix d’œuvres d’artistes professionnels. Au démarrage de cette nouvelle activité, le château des Tourelles avait également le privilège de présenter, une fois par an, une exposition regroupant des artistes de la Société Nationale des Beaux-Arts parmi lesquels nous pouvons citer Etienne Audfray, Dauphine de Valence, Gohki Endoh, Daniel du Janerand, Jacques Léonard... Une grande variété de techniques de création y est présentée : peinture à l’huile sur toile ou sur bois, peinture à l’acrylique, sculpture en bronze, en bois, en fonte de fer, dessin à la sanguine, au pastel, à l’encre, gravure, lithographie, photographie, aquarelle... mais aussi des savoirs-faires artisanaux : textile, poterie, porcelaine, art textile, tapisserie, collage... Les visiteurs peuvent aussi apprécier la diversité des thématiques d’exposition: Seul et les autres, Un monde réinventé, Au-delà du réel, Artistes venus d’ailleurs, l’art Naïf, la Corée du Sud, Raconte-moi une histoire, Jungle urbaine, Couleurs et matières, Au rythme des contrates, Les artistes de la ville de jumelage Burladingen, le Salon de l'Aquarelle et le Salon Art Animal etc ... Le château est le cadre d’expositions artistiques qui se renouvèlent chaque mois. Ces expositions sont confiées à l’Association Rencontres Animations Plesséennes (l'ARAP) qui en devient le Commissaire exclusif. L’entrée y est libre et gratuite. Les écoles de la ville viennent régulièrement découvrir les expositions qui s’y déroulent. Le mobilier d’origine a été dispersé mais la ville conserve, dans la salle des mariages de La Mairie, une table et cinq fauteuils provenant du château des Tourelles. Le mobilier est lui aussi le reflet des arts décoratifs de cette époque. Les fauteuils néogothique, style Henri II, sont en noyer moulurés et sculptés à décor de mascarons et volutes, les accoudoirs sont en forme de créatures fantastiques. L’Espace Paul Valéry conserve au premier étage du centre culturel un piano Pleyel de 1905, qui était au château des Tourelles. Au rez-de-chaussée se trouve une très belle cheminée en bois sculpté. Dans le médaillon de la cheminée se trouve une réplique, inaugurée en septembre 2009, du tableau d’origine, aujourd’hui disparu, réalisée à partir d’une photographie. Les trois artistes, qui l’ont réalisée, sont tous issus de l’atelier Marie Laurencin : Claude Dunet, Georges Labarrière et Barthelemy Tarditi. Tout en gardant l’esprit des lieux, un agrandissement de l’annexe fut entrepris en 2002 pour accueillir :

- un gardien logé chargé de l’entretien du parc

- de nouvelles activités artistiques : peinture, sculpture, céramique et aquarelle.

La ville du Plessis-Trévise a confié à l’ARAP (Association Rencontres Animations Plesséennes) la mise en œuvre de la politique culturelle : programmation du cinéma, mise en place des expositions artistiques, spectacles, pratique des Arts…

Le siège de l'ARAP se situe à l'Espace Paul Valery.

Retrouvez la programmation culturelle de la ville en ligne :

https://www.leplessistrevise.fr/temps-libre/culture/

Dessin%20Cha%CC%82teau_edited.jpg

Culture

au Plessis-Trévise